Dernière actualité relative à l’aménagement du Quai Jules Sandeau

Délibération 1 – Marchés de travaux Requalification du Quai Jules Sandeau

Lot 1 – voirie / Lot 2 – Bornes escamotables amovibles

Afficher »

Intervention Le Pouliguen Autrement

Trois remarques :

  • AUP s’était engagé à respecter l’enveloppe prévisionnelle des travaux de « 1 700 000 € HT hors éclairage public réalisé sous maîtrise d’ouvrage du SYDELA. » Le conseil a voté le 27 février la capacité de dépasser l’estimation de 1 700 000€HT jusqu’à 1 842 348€HT.
  • Selon l’exposé de la délibération, la CCP MAPA du 19 mai a donné un avis favorable pour un montant de travaux de 1 984 472 €HT.
  • L’ouverture de l’offre de l’entreprise MARC SA (84MCA ; restructuration des quais de l’île aux moines ; réhabilitation de la place Foch à Nantes) fait état d’une offre de 1 847 944€HT à l’ouverture des plis contre 2 009 068 € HT du groupement VIAUD MOTER-CHARIER.

Trois questions :

  • En tant que membre de la commission CCP MAPA ou conseiller municipal, nous n’avons rien reçu : ni rapport d’analyse, ni procès-verbal de la CCP MAPA… Comment la CCP MAPA a-t-elle pu donner un avis favorable pour un montant de travaux supérieur de 142 K€HT à celui autorisé par le conseil municipal et ne pas déclarer infructueux l’appel d’offres pour ouvrir de nouvelles négociations pour respecter l’enveloppe de 1 842 348 €HT ?
  • Pouvez-vous nous expliquer comment vous avez retenu l’entreprise VIAUD MOTER CHARIER comme étant « économiquement la plus avantageuse » avec un surcoût de  136 528€HT ? Le critère de la valeur technique porté à 70% moins objectif que le critère du prix n’apparaît-il pas comme un critère favorisant très nettement l’entreprise travaillant déjà sur site pour le SIVU ?
  • Comment peut-on accepter un montant de travaux de 1 984 472 €HT supérieur de 284K€HT soit 16.73% au coût d’objectif du maître d’œuvre sans demander à celui-ci de revoir sa copie pour se conformer à son coût d’objectif ?

[Vos réponses ne nous satisfont pas. Nous doutons qu’une entreprise qui a réalisé des projets plus complexes que celui de l’aménagement des quais et a une assise aussi importante que celle de VIAUD MOTER CHARIER, ait rendu une offre techniquement très inférieure, voire incorrecte. Nous pensons que votre choix de faire réaliser les travaux du SIVU et ceux de la commune au même moment nous obligeait à prendre VIAUD MOTER CHARIER afin de n’avoir qu’une seule et même entreprise sur site. VIAUD MOTER CHARIER sachant cela n’avait aucune raison de rendre une offre avantageuse en tenant compte de la concurrence. Nous payons cher ce manque d’anticipation et de préparation.]

Deuxième intervention

A l’issue du conseil du 27 février, vous deviez également me transmettre le contrat de maîtrise d’œuvre et me préciser le taux de tolérance de ce contrat, c’est-à-dire la tolérance laissée à la maîtrise d’œuvre pour dépasser l’estimation des travaux pour laquelle ils se sont engagés.
Le conseil a voté le 27 février la capacité de dépasser l’estimation de 1 700 000€HT jusqu’à 1 842 348€HT ce qui représentait déjà un dépassement de 8.35%. Accepter un dépassement de 16.73% par rapport au coût d’objectif du maître d’œuvre n’est pas acceptable. Quel est le taux de tolérance du contrat de maîtrise d’œuvre ?
[Aucune réponse de M. De Pradel ; une réponse floue du maire : nous sommes à peu prés dedans.]

Troisième intervention

Lors de la commission des finances du lundi 29 mai, nous avons demandé à quel stade en était  la réflexion de la commune  quant aux aménagements « commerciaux » qui seront imposés aux commerçants pour leur modèle de terrasse.
Monsieur d’ESTEVE de Pradel nous a répondu  « effectivement, on est dans l’actualité et ce sujet là n’a pas beaucoup avancé jusqu’à présent. ». En effet l’actualité, c’est l’aménagement du quai.
Cependant, vous avez donné un satisfecit à l’aménagement de sa terrasse au restaurant « les KORRIGANS ».
Lors de la commission des finances du 29 mai, vous nous avertissez qu’une réunion avec les commerçants du quai, se tiendra le lendemain mais sans que nous soyons invités. Nous apprenons que celle-ci s’est faite en présence de l’architecte, pour leur présenter le modèle et les contraintes de terrasses demandées aux commerçants !
Est-ce à dire que vous avez arrêté votre choix sur un modèle, sur des matériaux, sur des teintes, sur des dimensions, sans que votre réflexion, selon vos propres propos officiels, n’ait beaucoup avancé jusqu’à présent ? Ou est-ce à dire que vous avez décidé de tout sans tenir votre engagement de rédiger une charte de l’aménagement des terrasses en association avec les conseillers municipaux de l’opposition ?
A ce jour aucun élément sur ce sujet ne nous a été communiqué, ni en commission urbanisme ni en commission travaux, pourquoi avez-vous validé une première réalisation de terrasse imposant ainsi votre choix aux commerçants sans jamais échanger avec les élus de l’opposition ?
[Le maire n’a pas souhaité répondre.]

Quatrième intervention

Pouvez-vous nous confirmer que les attentes de la commune mentionnées au 7èmement du règlement de consultation de la  Maitrise d’œuvre  ont  bien été prises en compte par celui-ci dans les marchés de travaux que vous soumettez à l’approbation du conseil municipal de ce jour, et comment ont-elles été prises en compte ? Peut-on avoir copie du CCTP du marché de travaux ?
Parmi les nombreuses attentes de la commune pouvez-vous nous préciser concrètement pour 2 d’entre elles  ce qui a été prévu :
Prendre en compte l’activité de la pêche professionnelle (stockage matériel, accès au quai bas, pompes à carburant, aire de dépotage du carburant, stationnement ;
Prise en compte de la problèmatique déchets etc etc……
Pouvez-vous nous dire quand nous sera communiqué le cahier des charges pour l’aménagement des terrasses à la charge du maître d’œuvre figurant au 7èmement du règlement de consultation ?
[M.DE PRADEL n’a pas répondu.]

Explication du vote :
Nous n’acceptons pas le dépassement de 16.73% du coût d’objectif de départ du maître d’œuvre. Nous n’acceptons pas que la commission ait outrepassé son pouvoir en ne déclarant pas infructueux un appel d’offres qui ne respecte pas l’enveloppe financière votée en conseil municipal le 27 février. Nous n’acceptons la justification de retenir l’offre économiquement la plus avantageuse quand une autre offre inférieure de 137K€ HT n’est pas retenue. C’est 137K€HT à la charge du contribuable. Nous voterons donc contre une telle délibération qui nous interroge sur les procédures de mise en concurrence de la commune.